Par Jeremy Wubs, premier vice-président, marketing, Bell Marchés Affaires

Comment j’en suis venu à croire aux vertus de la main-d’oeuvre hybride

Des entreprises de partout au Canada ont adopté le concept de la main-d’œuvre hybride : certains employés travaillent de la maison alors que d’autres travaillent sur le terrain ou retournent au bureau. Si vous m’aviez demandé il y a un an si ce modèle hybride allait devenir la méthode de travail dominante à long terme, j’aurais toutefois répondu non.

Même si nous disposions des technologies nécessaires pour rendre possible le travail à distance et le travail hybride, je croyais qu’il était essentiel à la productivité de travailler dans un environnement de bureau. En effet, j’ai moi-même été « employé de bureau » pendant toute ma carrière. Quand ce contexte a changé, j’ai eu de sérieuses craintes quant à la capacité des employés à rester motivés et à maintenir le lien qu’ils avaient avec leurs collègues.

La vérité, c’est que j’avais tort.

La main-d’œuvre hybride est la nouvelle réalité

En discutant avec les chefs d’entreprise de partout au Canada, j’ai bien vu que le travail hybride est une méthode qui est là pour de bon. Et en ce qui me concerne, c’est dorénavant ma méthode de travail préférée.

Il est important de distinguer d’entrée de jeu le télétravail du travail hybride. Le télétravail repose sur la configuration d’un lieu de travail extérieur au bureau, habituellement à domicile. Le travail hybride quant à lui a beaucoup plus de combinaisons et de permutations; les employés se déplacent d’un endroit à l’autre de façon fluide et dynamique selon l’évolution de leurs besoins (et de ceux de l’entreprise), et on leur offre une expérience cohérente, où qu’ils soient.

De nombreuses entreprises ne savaient pas jusqu’où appliquer le modèle de travail hybride lorsque la pandémie a commencé. Croyant que la situation serait temporaire, elles ne voyaient pas la nécessité de repenser radicalement leur façon de travailler. Elles ont plutôt adopté dans la mesure du possible des solutions éclair, solutions qui n’étaient pas conçues pour durer.

Mais après neuf mois, quelque chose a changé. J’ai constaté ce changement moi-même : alors que j’avais l’habitude d’interagir seul par vidéo dans le cadre de mes rencontres virtuelles avec les clients, j’ai commencé à avoir des interactions avec des équipes complètes de hauts dirigeants. Celles-ci étaient constituées de 30 à 40 personnes à l’échelle du pays, toutes engagées dans un dialogue productif devant la caméra.

Trois incontournables pour une main-d’œuvre hybride efficace

Qu’est-ce qui fait le succès du modèle hybride? Mes conversations avec les clients ont beaucoup changé depuis mars 2020. Nous parlons moins de technologie et davantage de ce que les employés essaient de réaliser dans le cadre de leur expérience de main-d’œuvre hybride. En général, ces discussions ont tendance à porter sur trois éléments essentiels de toute stratégie en matière de main-d’œuvre hybride : évaluer la productivité, favoriser la collaboration et encourager la participation.

Productivité

Les entreprises souhaitent obtenir des conseils sur la façon d’améliorer la productivité de leur main-d'œuvre hybride, que leurs employés soient au bureau, à la maison ou sur la route. Nous avons donc parlé de connectivité, de sécurité et d’autres facteurs qui aident les employés à accéder aux données et aux applications dont ils ont besoin pour bien faire leur travail, quels que soient leur emplacement et l’appareil qu’ils utilisent.

Collaboration

Lorsque les équipes se déplacent d’un lieu à un autre, il est essentiel que leurs communications, leur travail d’équipe et leur partage d’information restent efficaces. Les entreprises recherchent des solutions qui facilitent les appels, les réunions et le clavardage et qui en assurent l’efficacité, et ce, que les activités se déroulent entre les membres des équipes internes ou auprès d’intervenants externes comme des clients, des partenaires ou des fournisseurs.

Participation

Il ne faut pas passer outre les facteurs humains de la main-d’œuvre hybride. Il ne suffit pas de mettre les bons outils entre les mains de vos employés; il faut aussi s’assurer que ces derniers sont à l’aise avec ces outils et qu’ils peuvent les utiliser efficacement.

La participation consiste aussi de consacrer du temps aux interactions sociales. Les gens qui travaillent à domicile n’ont pas les mêmes expériences informelles de socialisation et de consolidation d’équipe que s’ils travaillaient ensemble dans un bureau. Les entreprises doivent intégrer ces interactions dans leur planification quotidienne, par exemple en inscrivant à l’horaire des événements d’équipe qui ne sont pas liés au travail. Selon moi, les « pauses café virtuelles » prévues à l’horaire, qui ont remplacé les conversations ponctuelles qui se déroulaient en faisant la file au café, constituent un excellent moyen de prendre des nouvelles des gens et de cultiver le sentiment d’appartenance.

L’avantage de la trousse d’outils de travail hybride est qu’elle appuie directement ce type d’activité. Si nous participions encore à des conférences téléphoniques chaque jour, il nous manquerait l’information et la rétroaction visuelles en temps réel que nous procurent les rencontres vidéo. Le fait de voir les expressions sur le visage des gens et de réagir en temps réel stimule grandement la participation.

Pas de retour en arrière

S’il est vrai qu’une période d’adaptation est nécessaire, les entreprises et les employés qui disposent des technologies adéquates et qui ont une attitude positive commencent maintenant à réaliser le formidable potentiel de la main-d’œuvre hybride. Le travail hybride est là pour de bon 43% des employés canadiens continueront de travailler à distance un an après la réouverture complète de leurs bureaux*. 42% des entreprises canadiennes prévoient modifier leurs plans de dépenses en TI à long terme pour appuyer le travail hybride*.

Par exemple, je me suis rendu compte que j’arrivais de mieux à mieux à communiquer avec un plus grand nombre de personnes, plus souvent. Quand j’étais au bureau, je voyais des gens qui travaillent dans d’autres bureaux deux ou trois fois par année. Maintenant, je les vois deux ou trois fois par semaine dans le cadre de rencontres vidéo. C’est un avantage supplémentaire que je n’avais pas prévu. Au fil de mes conversations avec nos clients, j’en apprends de plus en plus sur les avantages inattendus qu’ils découvrent eux aussi et sur ce que nous devons leur offrir pour associer en toute transparence leurs modèles hybrides à leur cheminement global de transformation numérique.

J’espère avoir l’occasion de revenir au bureau à un moment donné, mais je ne prévois pas non plus abandonner les avantages du travail hybride. Je suis impatient de voir jusqu’où nous portera cette méthode de travail et comment notre équipe de Bell aidera les entreprises de partout au Canada à bâtir un environnement de travail plus productif, plus collaboratif et plus engagé, dès maintenant et à l’avenir.

Pour en savoir plus, visitez le site bell.ca/maindoeuvrehybride ou communiquez avec votre conseiller de Bell.

Source:
* IDC Canada

Apprenez-en davantage de votre représentant Bell.